Le scandale de la Monnaie de Paris

 

Battre monnaie est un droit régalien, la preuve de la souveraineté de « l’orfèvre » sur son territoire…

Or ce droit a été transféré de la France au profit de l’Europe en l’an 2000, même si notre pays conserve le droit de frappe pour son compte et celui d’autres pays, de l’Union ou non.

Mais cela s’effectue sous le contrôle de la communauté ou d’un autre donneur d’ordre.

 

L’Euro est passé par là.

Ses pièces et billets sont normalisés pour être émis et utilisés en confiance.

 

Du temps de son indépendance, la Monnaie de Paris, créatrice de pièces et de médailles, émettait pour le compte de l’Etat des séries limitées monétarisées pour le plus grand bonheur des collectionneurs, pas toujours numismates avertis.

 

Or, à la fin de ce mois d’Août 2009, voici l’émission de pièces en métal précieux à la valeur faciale de 25 et 50 €, ne pouvant circulées que sur le sol national.

 

Que s’est-il donc passé ? De la fausse monnaie !

L’Europe n’a jamais engagé pareilles monnaies sur son territoire et leurs valeurs n’ont jamais coûté leurs « faces ».

 

Un bien mauvais cas de  « figure », pour le moins… et personne ne s’en émeut !

 

Mamouchka.

 

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Droit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.