Abus de biens publics

Nouvel exemple jamais relevé pour scandaleux qu’il soit !

 

Le journal télévisé de la mi-journée du 4 Septembre dernier annonce l’ouverture de l’université d’été de l’UMP, à Seignosse.

 

Et le journaliste de s’enthousiasmer du fait que le Président de la République ait envoyé 1800 SMS aux participants…via les services de l’Elysée !

En d’autres termes, le budget général du Chef de l’Exécutif, incarnation de la France, a payé les frais privés pour le téléphone d’un chef de parti et les besoins de son clan

 

Dans la même veine, le Président de la République avait invité au Palais et aux frais de l’Elysée, les parlementaires de son groupe politique nouvellement élus en juin 2007…

 

Décidément, en piquant dans la caisse publique, il pique dans nos poches !

 

Pour l’anecdote, au journal du soir, l’envoi des SMS était évoqué sans précision sur la source du financement…

 

« Censure » ai-je entendu ?!

 

Mamouchka.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Droit, Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Abus de biens publics

  1. VincentB dit :

    Bien vu ! Hélas les exemples de ce genre sont nombreux (la Garden Party du 14 Juillet transformée en « événement culturel » par exemple, et donc imputé au ministère ad hoc).

  2. Mamouchka dit :

    Pour « l’évènement culturel », c’est moins grave : un budget public chasse l’autre, toujours pour une activité publique, quelle que soit la valeur des invités…
    Par contre, si les faits sont aérés (excusez la coquille : avérés), un financement public de contacts privés est un véritable détournement de fonds… Souvenez-vous de Chirac et de ses billets d’avions…

    Mamouchka.

  3. VincentB dit :

    Oui…mais non ! Le tour de passe-passe de l’Elysée a consisté à expliquer qu’il « maîtrisait » ses dépenses, en oubliant de préciser qu’il les imputait à d’autres ministères à l’occasion. Alors je veux bien qu’au final c’est une activité publique, mais force est de reconnaître que cela relève plus de l’arnaque que de la bonne conscience…
    Enfin je veux croire qu’ici les faits sont « avérés » et non « aéré » comme je viens de le lire….

  4. Mamouchka dit :

    J’adhère à vos arguments tout en maintenant la distinction, sans naïveté.

Les commentaires sont fermés.