Ma grand’mère et la crise grecque

Très en colère, ma grand’mère !

« Quand un employé pique dans la caisse, le patron le vire et le juge l’inculpe.
Quand un patron « confond » son portefeuille avec celui de son entreprise, le législateur réduit le temps de prescription à poursuivre.
Quand un gouvernement, aidé par des « agences », falcifie les comptes pour entrer dans l’Euro…le contribuable se fait redresser ! »
Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Pensées de ma grand'mère. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Ma grand’mère et la crise grecque

  1. Ph. FINTONI dit :

    Je me faisais la même réflexion, c’est pour moi une totale IRRESPONSABILITE des politiques et des banquiers. A quand la révolte ou le « coup de sang » d’un simple citoyen ou entrepreneur ruiné, écrasé par le système et qui s’en prendra à un employé d’agence bancaire ? Oui énervé devant les drames quotidiens actuels et à venir.
    Philippe

  2. Mamouchka dit :

    @ Philippe :
    « Solitaire », c’est sans espoir d’aboutir, même en cas d’acte désespéré.
    « Solidaire » est la réponse de la population grecque, pot de terre contre le monde de l’Argent.
    « Unifié et déterminé » peut-être le vote des eurodéputés assemblés pour se prononcer sur la directive de l’encadrement des finances et des marchés…
    « Uni, motivé et exigeant » peuvent être les citoyens vis-à-vis de leurs dirigeants, leurs eurodéputés, par pétition ou dans la rue.

    Pour les poursuites pénales envers les « tricheurs », prenons exemple sur le congrès avec Goldman et Sachs.

    Mamouchka.

Les commentaires sont fermés.